Août 2013

La fête

Photos

La promenade

Commentée par Claude Zweiacker

Fontaine de la Pinte Dardel

Les anciennes fontaines avaient autrefois six buts utilitaires :

  1. lieu d'abreuvage pour le bétail : grand bassin ;
  2. lieu de « râblonage » : mise aux enchères des bouses de vache ;
  3. lieu de lessive : petit bassin ;
  4. espace social autour de la lessive ! (il était interdit de faire la lessive dans le grand bassin sous peine d'amende) ; voir l'écriteau encore présent !
  5. prise d'eau potable pour les ménages ;
  6. réserve d'eau en cas d'incendie.
La fontaine de la Pinte Dardel (en face) appelée, plus tard, Restaurant du Tilleul (fermé en 2006) fut l'une des quatre érigées en 1770 : fontaines de la Filature, du Moulin du haut et de la Ruelle Crible.

En 1948, à l'occasion du centenaire de la République de Neuchâtel, le Conseil d'Etat engagea les communes à commémorer cet anniversaire par une œuvre durable. La Commune de Saint-Blaise fit réaliser par le sculpteur François Robert deux statues des anciens métiers pratiqués dans le village : un pêcheur sur la fontaine de la ruelle Crible et un vigneron sur la fontaine de la Pinte Dardel.

On ignore quel Dardel a donné son nom à cette pinte.


Tuf

Bloc de tuf

Si le Ruau a actionné les roues de quatre moulins, sa force motrice a aussi été utilisée pour d'autres engins, notamment une foule, « moulin à draps ».

Le droit d'ériger cette foule fut concédé, en 1522, soit 9 ans après 1513, année où Jehan Dardel obtint sa concession pour les moulins. Votre ancêtre n'admit pas cette nouvelle construction qui portait préjudice à ses engins... finalement le conflit fut réglé en imposant au propriétaire de la foule de « ne pas pouvoir battre et fouler pour les monnants », les monnants étant la clientèle obligée du meunier.

Au cours de presque cinq siècles — une roue a tourné jusqu'en 1949 — l'eau a ruisselé sur le chenal de la foule ; l'eau du Ruau connaissant une forte concentration de calcaire, son ruissellement à partir des planches mal jointes du chenal sur les chevalets qui le supportait à créé deux blocs de tuf encore bien présents à cheval sur le ruisseau.


Moulin du haut

Au moulin du haut, on est au cœur de l'histoire de la famille Dardel car ce moulin était le plus grand et le plus important de Saint-Blaise.

Anthoine Dardel en est le propriétaire en 1555. Riche et influent, il achète, en 1601, le domaine du Maley au-dessus de Saint-Blaise encore habité par ses descendants (actuellement Jean-Pierre Dardel). Avec cet achat, les Dardel tiennent désormais tous les moulins de Saint-Blaise. Toutefois, en 1686, la petite-fille d'Anthoine Dardel vend le moulin à Jean Prince-dit-Clottu, Depuis, il a plusieurs propriétaires jusqu'à sa mise hors service en 1921.

En 1923, la dernière roue de ce moulin, qui en connut jusqu'à trois, fut détruite sur le feu du 1er août. En 1979, la société d'émulation de Saint-Blaise, appelée « Commission du 3 février », souhaitant raviver le passé, fit installer une nouvelle roue (renouvelée en 2004) complétée par un aqueduc en bois.

Ce moulin a été représenté par plusieurs peintres ; on a même vu sa roue reconstituée sur une carte postale vendue dans les stations touristiques suisses avec le seul mot « Switzerland » pour symboliser la Suisse.

Encore visibles : sur la façade du moulin, les marches qui permettaient au meunier d'accéder sur les roues pour assurer leur entretien.


Pharmacie

Les fontaines de la rue du Temple et de la ruelle Crible

La fontaine de la rue du Temple est la plus ancienne de Saint-Blaise. Elle a été installée en 1642 : Louis XIII régnait en France, Henri II de Longueville sur la Principauté de Neuchâtel

Elle porte sur son bassin les initiales d'Elie Bugnot, lieutenant (administrateur du prince) pour la Châtellenie de Thielle, entité administrative de la région.

A observer que le dernier lieutenant de la Châtellenie de Thielle fut Daniel Dardel (1808-1871). Après la révolution neuchâteloise de 1848, il accepte les nouvelles institutions ; il est le premier président de commune de Saint-Blaise (1848-1849). Il présida le Grand Conseil en 1859 et 1863. C'est lui qui a laissé son nom à la rue Daniel-Dardel.

A observer : la maison de la pharmacie anciennement appelée « Maison Dardel ». Elle fut construite, vers 1600, par Jean Dardel-dit-Pierron dont la descendance s'est fixée en Australie. Inscription

La fontaine de la ruelle Crible, de 1770, est intéressante parce qu'elle porte sur son bassin, entre les chiffres 17 et 70 l'anille, pièce motrice de la roue d'un moulin, devenue l'emblème de la Commune. L'anille apparaît aussi dans les blasons des meuniers de Saint-Blaise, et dans ceux de la famille Dardel.
 

La fête