Mise à jour
21 août 1999

Trois coupures de presse



Musique


Saint-Blaise

Filles et fils de Jehan,
400 Dardel fêtent le même ancêtre

Une nouvelle page de l'histoire de Saint-Blaise a été écrite ce week-end. Plus de 400 descendants du meunier Jehan Dardel se sont retrouvés pour une exceptionnelle réunion de famille.

Le monde était complètement Dardel ce week-end à Saint-Blaise et à Marin. La faute à une exceptionnelle rencontre de famille qui a réuni plus de 400 participants venus du monde entier. Autant de personnes qui comptent le même ancêtre : Jehan Dardel, meunier saint-blaisois. Ce rendez-vous restera dans les annales comme l'événement Dardel du siècle.

Notaire à Neuchâtel, Amiod de Dardel rayonnait dimanche. A son initiative, et grâce au soutien d'un comité formé d'une bonne dizaine de personnes, plus de quatre cents descendants de Jehan passaient le week-end en pays de Neuchâtel. Ce séjour relevait du véritable pèlerinage, notamment lorsque les participants ont découvert, via un parcours guide, les moulins de Saint-Blaise. Autant d'engins exploités par le meunier Jehan dès son arrivée au village au XVIe siècle (voir encadré).

D'Australie ou de Chine

Bon nombre de Dardel, von Dardel et autres ont parcouru des milliers de kilomètres pour répondre à l'invitation des Neuchâtelois. Venus d'Allemagne, de Suède, de Norvège, de Belgique, de Hollande de France ou encore d'Angleterre, les descendants européens de Jehan ont rencontré leurs homologues chiliens, australiens ou américains :

"Des Dardel de Chine ont même fait le déplacement. Mais, rassurez-vous, ils n'ont pas les yeux bridés, il s'agit d'expatriés français," a lancé hilare Amiod de Dardel.

Une belle surprise attendait la famille et ses alliés ce week-end: on veut parler de l'immense arbre généalogique dressé sur la scène de l'Espace Perrier, à Marin, où se tenaient les repas en commun.

Pour en savoir encore plus à propos de leurs aïeux, les Dardel d'aujourd'hui peuvent désormais se plonger dans une véritable bible. Jean-Paul Dardel, d'Hendaye (France), vient de publier en effet un ouvrage retraçant l'histoire du clan. "La Famille Dardel issue de Jehan" est sorti de presse le 1er juillet dernier. Ce week-end, une très belle page de I'histoire de Jehan, de ses descendants et du village de Saint-Blaise a été écrite. Seconde du genre, la rencontre suivait celle tenue en 1995 à Moissac en France. Cette année-là quelque 120 personnes y avaient pris part.

PHR

Le meunier ne dormait pas

Lorsqu'il quitte son Val-de-Ruz natal (Villiers) en l'an 1513, Jehan - ou Jean - Dardel s'installe à Saint-Blaise. Meunier, l'homme reprend les anciens moulins du village installés le long du Ruau. Tombés en ruine, ces moulins sont remis à neuf et en fonction par Jehan.

Ces installations font ensuite la prospérité de Saint-Blaise pendant plus de quatre siècles. Dans son ouvrage "Les anciens moulins de Saint-Blaise et autres engins", feu le docteur Olivier Clottu précise: "En l'espace de dix ans, Jean Dardel a réussi grâce à son travail, à sa persévérance et à son habileté, à constituer son empire meunier"

Jehan Dardel a eu quatre enfants et compte aujourd'hui des centaines de descendants, dont beaucoup se trouvaient dans le canton samedi et dimanche.

A noter que le rédacteur en chef de "La Liberté", Roger de Diesbach, participait lui aussi à la rencontre, pour la simple raison que c'est son ancêtre Louis de Diesbach qui octroya, en 1513, la concession des moulins à Jehan.

PHR


J.A.A. Saint-Blaise, 30 juillet 1999
Dans le vent de l'actualité locale

Port d'attache: Ruau de Saint-Blaise

Tous les Dardel remontent
à leurs sources

Christine Dardel, à Valparaiso (Chili), Jeffrey Trevor Dardel, à North Ringwood-Victoria (Australie), Philippe Dardel à Tianjin (Chine), Robert von Dardel à Akersberga (Suède), Jean-Yves Dardel à Prunay en Yvelines (France), Sabrina Dardel à Schwarzenbourg, Erich Dardel à Aarberg, Nils de Dardel à Chênes-Bougeries, Benoît de Dardel à Bevaix, et plus de 400 autres Dardel, von Dardel, de Dardel et alliés sont en passe de larguer les amarres au lieu où ils résident pour venir à leurs sources.

Leurs sources sont, à Saint-Blaise, plus précisément au Ruau de Saint-Blaise fleuri par ses mimules jaunes caractéristiques de ce cours d'eau chargé d'histoire.

Grand meunier, Jean Dardel vient s'établir en 1513 pour reprendre les anciens moulins de Saint-Blaise tombés en ruines. Homme énergique, il les reconstruisit. Pendant plus de quatre siècles, ces moulins firent la prospérité de SaintBiaise.

Le moulin du milieu (aujourd'hui Blanchisserie Loryd) cessa son activité en 1950, celui du haut interrompit son exploitation en 1923; sa roue brûlée sur le feu du 1er août la même année fut reconstruite et inaugurée en 1979.

Le moulin du bas fut démoli en 1911 pour permettre la construction de la maison locative appelée l'immobilière (aujourd'hui rue des Moulins 4).

Entre le moulin du milieu et le moulin du haut, on relève encore l'existence du moulin du Gru. D'autres engins mus par l'eau avaient encore une place sur le cours du Ruau : des rebattes (moulins à chanvre, à blé pour le bétail ou à fruits), une foule (moulin à fouler les draps), une huilerie (moulin destiné aux graines oléagineuses) et une raisse (scierie).

Ce petit monde des machines actionnées par la force motrice du Ruau ne fut pas seulement celui des Dardel, certes. Mais surtout des Dardel. " En l'espace d'un peu plus de dix ans, Jean Dardel - l'ancêtre de tous les Dardel présents pour une Réunion unique dans les annales de Saint-Blaise les 31 juillet et 1er août 1999 - a réussi grâce à son travail, à sa persévérance et à son habileté, à constituer son empire meunier à Saint-Blaise " confirme le Dr Olivier Clottu dans son ouvrage " Les anciens moulins de Saint-Blaise et autres engins ".

La Réunion Dardel 1999 est à considérer comme une belle page de l'histoire de Saint-Blaise et du Pays de Neuchâtel.

Claude Zweiacker


Le Gouvernail, Saint-Blaise, Août-septembre 1999

Plus de 400 descendants
du meunier Jean Dardel
retrouvent le Ruau de Saint-Blaise

Belle histoire que celle du meunier Jean (ou Jehan) Dardel. Il quitta, en 1513, le Val-de-Ruz pour reprendre les moulins de Saint-Blaise qui avaient besoin d'un homme énergique car ils étaient en ruine.

Venus du monde entier, plus de 400 de ses descendants se réunissent, à Saint-Blaise et à Marin-Epagnier, à la mi-été 1999, pour fraterniser à l'occasion d'un exceptionnel retour aux sources.

Ces sources sont intrinsèquement liées au Ruau, ruisseau au débit abondant; il a fixé l'emplacement de Saint-Blaise qui connut sa prospérité grâce à ses moulins.

Le "Gouvernail " partage la joie de cette grande famille lors de ses retrouvailles. Il lui souhaite la bienvenue et d'agréables moments au Pays de Neuchâtel.

Origines de la famille Dardel

Jean Dardel, qui est né à Villiers (Val-de-Ruz), vers 1470, vient s'établir, en 1513, à Saint-Blaise. Il est accompagné de quatre fils:

Huguenin (aîné), meunier à Neuchâtel, reçu bourgeois de cette ville en 1520.

Jean, meunier à Saint-Blaise.

Blaise, meunier à Saint-Blaise (Dardel dit Munier, Dardel du Maley).

Nicolet, s'établit à Marin (une partie de sa descendance revient à Saint-Blaise: de Dardel, famille du dernier lieutenant civil de Thielle Daniel Dardel).

Tous les descendants de Jean Dardel présents, à Saint-Blaise, les 31 juillet et 1 er août 1999, se rattachent à l'un de ses trois fils Huguenin, Blaise et Nicolet (Jean n'a pas eu d'enfants).

Etablie dans l'ouvrage " Les anciens moulins de Saint-Blaise et autres engins ", paru en 1979, aux Editions de la Commission du 3 Février, à SaintBlaise, par le Dr Olivier Clottu, la généalogie abrégée des meuniers Dardel et des porteurs de l'emblème familial situe bien l'origine de la famille Dardel.

La roue du moulin et surtout l'anille - âme motrice de la meule - vont devenir les emblèmes du moulin et les armoiries des meuniers, partant de la famille Dardel.

Otto de Dardel

Otto de Dardel

Présences et marques de la famille Dardel, à Saint-Blaise

Deux familles Dardel sont demeurées à Saint-Blaise, assurant ainsi une continuité de plus de quatre siècles entre eux et le meunier Jean (Jehan) Dardel et de son cadet Nicolet Dardel, qui s'établit à Marin avant de revenir, à Saint-Blaise.

Aujourd'hui Jean-Daniel Dardel, habite passage des Francs-Sujets 4 et sa sœur Françoise Ghigna-Dardel, a la même adresse, alors que leur fils Pascal est établi, au Maley sur Saint-Blaise.

Au Maley précisément réside Jean-Pierre Dardel et sa famille qui sont des descendants de Blaise troisième fils de Jean (Jehan) Dardel. Le Dr Olivier Clottu dans son ouvrage " Histoire de Saint-Blaise ", note. " La famille Dardel habite Le Maley depuis plus de 400 ans ".

Rue Daniel-Dardel

La rue Daniel-Dardel rappelle le souvenir de Daniel Dardel (1808-1871), dernier lieutenant de la Châtellenie de Thielle, président de commune de Saint-Blaise (1848-1849), dès l'avènement de la République, député, président du Grand Conseil en 1859.

Sentier Dardel

On ignore quel Dardel a donné son nom à cette trace, aujourd'hui un peu effacée dans la Grande Côte de Chaumont.

Louis-Alexandre de Dardel (1821-1901)

Etabli dans la propriété de Vigner, il est un des premiers photographes de la Suisse. Premières photographies prises dès 1860. Son œuvre s'inscrit dans l'histoire de la photographie et il a laissé sur plaques des moments attachants de la vie quotidienne à Saint-Blaise. Président de commune 1850-1857, 1859-1862 et 1876.

Otto de Dardel (1864-1927)

Journaliste, président de commune 1915-1927, député, conseiller national.

Forte présence de Dardel au Maley

L'Assemblée générale de la petite commune de Voëns-Maley décida, le 11 février 1888, de se réunir à celle de Saint-Blaise. Le procès-verbal de l'Assemblée est signé par trois Dardel !

C.Z.


La musique que l'on peut écouter en cliquant sur l'icône en haut de cette page est le prélude, fugue et allegro pour luth de J.S. Bach, BWV998.

Détails

Details (English)

Details (deutsch)

Back to the Dardel homepage