Signature

Mise à jour 9 janvier 2016

Le peintre Valdo Barbey

Biographie succincte

Music

Musique
Valdo 1914 Valdo Barbey
Valdo Barbey, fils de William Barbey et de Caroline Boissier, est né en 1880 en Suisse et mort à Paris en 1964. Il fut élève du peintre suisse Eugène Burnand. Avant la première guerre mondiale, il voyagea en Espagne, en Angleterre, en Roumanie, en Finlande, aux Antilles et en Égypte. Naturalisé Français, il s'engagea en 1914 et fut blessé le 22 décembre 1914, ce qui mit fin à sa carrière de soldat. Il vécut surtout à Paris, où il avait un atelier rue des Saints-Pères avec une magnifique vue sur la Seine et sur le Louvre.

FD


Un joyau: le journal de Barbey

Valdo Barbey a 34 ans quand la guerre éclate. Né près d’Yverdon, parti faire les Beaux-Arts à Paris, le jeune peintre est chargé en septembre 1914 de dessiner les uniformes de l’ennemi. La routine de l'«arrière» l’oppresse. Il veut se battre. Fin octobre, son vœu est exaucé. Barbey est envoyé au front, dans le Pas-de-Calais.

Son journal, qu'il publie en 1917 sous le pseudonyme de Fabrice Dongot, raconte au quotidien le terrible face-à-face des tranchées. 26 octobre 1914: «A un mètre devant notre abri sont creusées quatre tombes avec une croix sur laquelle se balance un képi. Ce sont quatre malheureux tués tout près d’ici dans la cave d'une maison par un obus qui a pénétré par le soupirail... »

2 novembre: «Les mitrailleuses boches nous arrosent; les balles passent au-dessus de nous. À ma gauche j'entends crier : «Ah maman!» Puis silence.» 1er décembre: «L’ordre est donné de rompre les faisceaux, de mettre la baïonnette et de partir à l’attaque (...) Nous voilà dans la zone balayée par les balles... Dzing, Dzing, Dzing... Il y en a qui tombent. On court, on bondit, il y en a qui crient, il y en a qui rient...»

Dans cette lutte à mort pour quelques mètres de terrain, les valeurs humaines n'ont pas totalement disparu. Pénétrant dans une tranchée remplie de cadavres ennemis, la section de Barbey enterre les morts, malgré les obus qui pleuvent. «Creuser n’est rien, mais c'est de transporter ces pauvres corps tout mutilés qui est le plus dur.»

Atteint par deux balles à la tête et à l'épaule, Barbey est évacué des zones de combat, puis réformé en 1916. Quand, à la fin des années 20, l’ex-poilu et historien Jean Norton Cru recense les témoignages de la Grande Guerre, il s'enthousiasme pour le récit du Vaudois. «Un pur joyau (...) À lire ce journal, je me demande toujours s'il a été égalé dans la peinture de la vie du soldat au jour le jour.»

Extrait de Swissinfo, 30 janvier 2014


Galerie

Cliquez sur chaque image pour la voir en plus grand.
 
Campiglia

Campiglia

Venise

Venise

William Barbey

William Barbey

Titre inconnu

Fontaine

Chioggia

Chioggia

Titre inconnu

Deux marins à Marseille

Titre inconnu

Patio

Titre inconnu
Titre inconnu
Titre inconnu

Maroc

Titre inconnu

Le fondouk arabe

Titre inconnu

Rue méridionale

Titre inconnu

Port italien

Titre inconnu

Port méditerranéen

Titre inconnu

Village méridional

Titre inconnu

Instruments de musique

Titre inconnu

Tuileries

Titre inconnu

Tuileries

Titre inconnu
Rue des Saint-Pères
Titre inconnu

Vue de l'atelier du peintre

Titre inconnu

Vue de l'atelier du peintre

Titre inconnu

La Treyne

Titre inconnu

Étang

Titre inconnu

Canal

Titre inconnu

Canal

Moulin

Le moulin gris

Titre inconnu

Sanguine

Titre inconnu

Sanguine

Barbey
Femme en rouge
Barbey
Femme à sa coiffure
En 1946, Valdo Barbey illustra de ving-cinq lithographies un recueil de poèmes de Louis Aragon intitulé "La Diane française".

Cliquez pour voir les illustrations.

Londres
Valdo Barbey était aussi peintre de la Marine. Il fit de nombreux dessins et peintures de ports européens dont une série de dix-huit gravures publiées en 1949 intitulée "De Londres à Venise par New York".

Cliquez pour voir les illustrations.

Londres
Une œuvre signée Lucienne Barbey.
C'est peut-être la femme de Valdo, née Lucienne Rouché.

Rue des Saint-Pères

L'atelier du peintre

Louvre

Vue sur le Louvre prise de l'atelier.



Liens

Valdo
Valdo Barbey

 

Si vous avez d'autres images de ce peintre, ou si vous notez une erreur dans cette page, écrivez-moi :

La musique que l'on peut écouter en cliquant sur l'icône en haut de cette page est "Minor swing", une œuvre de Django Reinhart.

Cette page a été créée par François de Dardel.


Home
FD homepage